Exposé au Cercle Finance du Québec - Colloque retraite, investissement institutionnel et finances personnelles : Bonification du Régime de pensions du Canada Jean‑Claude Ménard, actuaire en chef, Bureau de l’actuaire en chef, BSIF, Québec, 8 novembre 2016

Bonjour. Je vous remercie de m’avoir invité aujourd’hui à vous entretenir d’une nouveauté très intéressante dans le domaine de la retraite au Canada, la bonification du Régime de pensions du Canada.

Bureau de l’actuaire en chef (diapositive 2)

Je me présente. Je suis l’actuaire en chef du Bureau de l’actuaire en chef du Canada (BAC) au Bureau du surintendant des institutions financières. Le BAC a pour mandat d’effectuer des évaluations actuarielles réglementaires des programmes d’assurance sociale, notamment le Régime de pensions du Canada (RPC), le programme de la sécurité de la vieillesse (SV), le Programme de l’assurance‑emploi (AE) et le Programme canadien de prêts aux étudiants (PCPE) et des régimes de pensions et d’assurances du secteur public fédéral. Tous les rapports actuariels législatifs que nous préparons sont déposés devant le Parlement par les ministres responsables.

Comme vous le voyez, les régimes et les programmes dont nous sommes responsables touchent pratiquement tous les Canadiens.

Aujourd’hui, nous aborderons la bonification du RPC qui découle de l’accord de principe conclu par neuf provinces le 20 juin 2016, à Vancouver. Permettez‑moi de souligner que mon exposé reflète exclusivement le point de vue du Bureau de l’actuaire en chef.

RPC27 : le Régime est en mesure de s’acquitter de ses obligations à long terme (diapositive 3)

Dès le départ, je vous assure que le Régime de pensions du Canada est en bonne santé financière. Le 27e Rapport actuariel du RPC au 31 décembre 2015, qui a été déposé au Parlement le 27 septembre 2016, révèle que le taux de cotisation minimal requis pour garantir la viabilité du régime représente 9,79 % des gains cotisables à compter de 2019. Ce taux est inférieur au taux de cotisation prévu par la loi, soit 9,9 %.

Le rapport mentionne également qu’en vertu du taux de cotisation de 9,9 %, les cotisations annuelles devraient couvrir les dépenses annuelles jusqu’en 2020. En outre, l’actif devrait croître et atteindre 476 milliards de dollars d’ici la fin de 2025. Toutefois, même en tenant compte de la croissance prévue de l’actif, les cotisations sont et demeureront la principale source de revenu du RPC. En 2050, on prévoit que les cotisations représenteront 67 % du total des revenus, alors que les revenus de placement représenteront 33 %.

Le projet de loi C-26 modifie le Régime de pensions du Canada, la Loi sur l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada et la Loi de l’impôt sur le revenu (diapositive 4)

Le projet de loi C‑26, qui officialise l’accord de principe fédéral‑provincial, a été déposé au Parlement le 6 octobre 2016.

Ce projet de loi prévoit une majoration du montant de la pension de retraite pour fournir un taux de remplacement de 33 % par rapport au taux de remplacement actuel de 25 %, et l’étendue des gains couverts est portée à 114 % du montant des gains annuels ouvrant droit à pension (MGAP). Les prestations supplémentaires sont financées au moyen de cotisations additionnelles équivalant à 2 % des gains jusqu’à concurrence du MGAP, et à 8 % des gains entre le MGAP et 114 % du MGAP. En outre, l’expansion est appliquée progressivement sur une période de sept ans.

Enfin, pour aider à compenser les cotisations au RPC des travailleurs à faible revenu admissibles, le projet de loi C‑26 renferme des dispositions prévoyant que les cotisations salariales et patronales au RPC supplémentaire seront déductibles d’impôt et que la Prestation fiscale pour le revenu de travail sera bonifiée.

Le RPC supplémentaire renforce le lien entre les cotisations et les prestations (diapositive 5)

Le projet de loi C‑26 énonce l’objectif du point de vue du financement pour le RPC supplémentaire : avoir des taux de cotisation constants entraînant des cotisations et des revenus de placement estimatifs qui permettent de couvrir les dépenses du RPC supplémentaire à long terme.

Cet objectif de financement est conforme au cumul progressif des prestations supplémentaires, et au fait qu’aucune obligation au titre du service passé n’est créée au moment où le Régime supplémentaire est mis en place. Le financement du Régime supplémentaire et la structure de ses prestations renforcent le lien entre les cotisations et les prestations.

La disposition du RPC sur les taux insuffisants constitue un filet de sécurité (diapositive 6)

L’un des plus importants éléments de la gouvernance du RPC de base a trait à la disposition sur les taux insuffisants. Cette disposition précise la façon de modifier les cotisations et les prestations lorsque le taux de cotisation nécessaire pour garantir la viabilité du régime de base est plus élevé que le taux prévu par la loi. Toutefois, elle n’est appliquée que si les administrateurs du RPC (les ministres fédéral et provinciaux des finances) ne s’entendent pas sur les mesures à prendre. Par conséquent, il incombe avant tout aux ministres de veiller à la santé financière du RPC.

Le projet de loi C‑26 prévoit des dispositions semblables pour le RPC supplémentaire. À l’instar du RPC de base, chaque fois où des mesures sont nécessaires, la priorité absolue est accordée aux recommandations des ministres. Cependant, il existe une différence importante par rapport au RPC de base : les dispositions seront appliquées si les taux de cotisation supplémentaires se situent à l’extérieur de fourchettes déterminées, c’est‑à‑dire que les taux de cotisation du RPC supplémentaire peuvent être inférieurs aux taux prévus par la loi pour déclencher des rajustements. Encore une fois, cette structure est conforme à l’objectif de financement du RPC supplémentaire et à l’intention de maintenir l’équité entre les générations.

Les mesures prescrites en ce qui concerne les prestations et les cotisations seront définies plus tard par règlement.

Le 28e Rapport du RPC a été déposé au Parlement le 28 octobre 2016 (diapositive 7)

Comme l’exige la Loi sur le Régime de pensions du Canada, le BAC a préparé le 28e Rapport actuariel du RPC, qui prévoit des estimations de coût pour le Régime supplémentaire. Ce rapport a été déposé au Parlement le 28 octobre 2016.

Le rapport indique que les premier et deuxième taux de cotisation minimaux supplémentaires constants nécessaires pour atteindre l’objectif de financement du Régime supplémentaire s’établissent, respectivement, à 1,93 % et 7,72 %. Ces taux sont inférieurs aux taux de 2 % et 8 % prévus par la loi. Avec ces taux, les cotisations et les revenus de placement projetés sont suffisants pour couvrir les dépenses futures, comme l’indique le bilan relatif à un groupe avec nouveaux cotisants. La diapositive révèle également que le ratio de l’actif supplémentaire aux dépenses de l’année suivante se stabilise à un niveau de 25 à long terme, ce qui assure la stabilité des taux de cotisation.

Pour le RPC supplémentaire, la principale source de revenu provient des placements (diapositive 8)

Le cumul progressif des prestations supplémentaires se traduira par une quarantaine d’années de flux de trésorerie positifs en vertu du RPC supplémentaire, et par l’accumulation d’actifs imposants. Comme l’indique la diapositive, d’ici le milieu des années 2050, l’actif du RPC supplémentaire devrait dépasser l’actif du RPC de base et poursuivre sa croissance. Selon les prévisions, l’actif du RPC supplémentaire atteindra 1 300 milliards de dollars en 2050.

Comme je l’ai mentionné plus tôt, l’approche de financement du RPC de base sous‑entend que les cotisations constituent et demeureront la principale source de revenu du RPC de base. L’approche de financement adoptée pour le Régime supplémentaire fera en sorte que les revenus de placement seront la principale source de revenu. Ainsi, le Régime supplémentaire sera plus sensible au contexte des investissements, comme le démontre la diapositive suivante.

Le RPC supplémentaire sera sensible au contexte des investissements (diapositive 9)

Le 28e Rapport du RPC suppose que la composition de l’actif du RPC supplémentaire équivaut à un portefeuille investi à 50 % dans des actions et à 50 % dans des titres à revenu fixe. La volatilité de ce portefeuille est de 9,2 %, ce qui est inférieur au taux de volatilité de 11,4 % du portefeuille du RPC de base. Cette volatilité réduite se traduit par un taux de rendement réel prévu plus faible pour l’actif du Régime supplémentaire (une différence de 40 points de base entre les hypothèses du RPC de base et du RPC supplémentaire).

Puisque le Régime supplémentaire s’en remet davantage aux revenus de placement, il en découle une volatilité accrue des taux minimaux du Régime supplémentaire par rapport à l’évolution du contexte des investissements. Par exemple, une diminution de 1 % du taux de rendement fondé sur la meilleure estimation représente une augmentation d’environ 30 % des taux de cotisation minimaux du Régime supplémentaire par rapport à une hausse d’environ 8 % du taux de cotisation minimal du RPC de base.

Les travailleurs à faible revenu persistant profitent-ils de la bonification du RPC (diapositive 10)

J’aimerais utiliser le temps qu’il me reste pour discuter des motifs pour lesquels le RPC supplémentaire couvre les gains à partir du premier dollar.

Le principal objectif du RPC supplémentaire consiste à permettre aux Canadiens de mieux se préparer à la retraite. Par ailleurs, des préoccupations ont été soulevées au sujet de la nécessité de la bonification du RPC pour les travailleurs à faible revenu en raison de leur admissibilité aux prestations de SRG.

Essayons donc de déterminer si les travailleurs à faible revenu persistant profitent de la bonification. Par définition, un travailleur à faible revenu persistant compte au moins dix années de revenu entre 10 % et 50 % du MGAP. De la cohorte des travailleurs âgés entre 65 ans et 69 ans en 2014, 50 %, ou 0,7 million, peuvent être qualifiés de travailleurs à faible revenu persistant (sections verte et bleue du graphique).

La participation au marché du travail représente le critère d’admissibilité au RPC supplémentaire. Par conséquent, il convient de n’examiner que les personnes à faible revenu persistant qui participent suffisamment au marché du travail, c’est‑à‑dire ceux dont l’absence du marché du travail ne dépasse pas 20 ans (section bleue du graphique). Vous serez peut‑être étonnés d’apprendre que plus de 75 % des membres de ce groupe ne touchaient pas de prestations du SRG en 2014 et qu’en conséquence ils bénéficieraient pleinement de la bonification du RPC. Compte tenu de la nature familiale des prestations du SRG, ce pourcentage est encore plus élevé pour les femmes.

Augmenter la limite inférieure de revenu réduirait les taux de remplacement (diapositive 11)

Le fait d’exclure de la bonification les gains inférieurs à une certaine limite (par exemple 50% du MGAP) réduirait la capacité de la bonification à combler les lacunes au niveau de l’épargne-retraite. Comme le démontre la présente diapositive, si seulement les gains supérieurs à 50% du MGAP étaient couverts par la bonification, un individu avec des gains équivalant à 50% du MGAP au cours de sa carrière ne bénéficierait pas du tout de la bonification. Pour un individu ayant des gains équivalant à 100% du MGAP, son taux de remplacement total réduirait de 32% à 28%.

Augmenter la limite inférieure des gains couverts empêche certains travailleurs de la classe moyenne de profiter de la bonification (diapositive 12)

Année après année, près de 30 % des cotisants au RPC occupent plus d’un emploi. Les cotisations de certaines personnes ne sont donc pas suffisantes puisque chaque employeur applique l’exemption de base annuelle. Ces cotisants ont la possibilité de combler les portions patronales et salariales des cotisations manquantes.

Si l’exemption de base est fixée à 50 % du MGAP, le quart de ces personnes (près d’un million en 2014), de même que leurs employeurs, ne verseraient pas suffisamment de cotisations par rapport à leurs gains totaux et obtiendront donc une pension de retraite moins élevée que si les cotisations avaient été prélevées sur les gains totaux de tous leurs emplois.

Je vous remercie de votre attention. Je suis maintenant prêt à répondre à vos questions.