Panneaux de la présentation - Élaboration des hypothèses évaluations

Propriétés du document

  • Type de publication : Présentation
  • Sujet : Présentation dans le cadre de la conférence sur les pensions du secteur public de la Colombie-Britannique
  • Date : Le 25 avril 2013
  • Conférencier : Jean-Claude Ménard, Actuaire en Chef

Bureau de l’actuaire en chef

  • Mandat : procéder à l’évaluation actuarielle prévue par la loi :
    • Du Régime de pensions du Canada (RPC) – 19 M de participants
    • ODu programme de Sécurité de la vieillesse (SV) - 5 M de bénéficiaires
    • Des régimes de pension et d’assurances du secteur public fédéral (Forces canadiennes, Gendarmerie royale du Canada, fonction publique, parlementaires et juges de nomination fédérale) – 0,8 M de participants
    • Du Programme canadien de prêts aux étudiants – 0,5 M de prêts
    • Du programme d’assurance-emploi – 17 M de travailleurs
  • Le BAC établit également des rapports actuariels supplémentaires lorsque le Parlement est saisi d’un projet de loi qui modifie sensiblement le RPC ou que des changements sont apportés au programme de la SV et aux régimes de pension du secteur public.

Page: 1


Bureau de l’actuaire en chef (suite)

  • L’actuaire en chef et le personnel du BAC sont membres de l’Institut canadien des actuaires (ICA), et ils sont assujettis aux normes de pratique et aux règles de conduite professionnelle de l’ICA.
  • Outils externes et internes de contrôle qualité :
    • Examens par des pairs externes des rapports actuariels sur le RPC (publiés)
    • Vérifications par le Bureau du vérificateur général
    • Vérification interne du BSIF
    • Examen interne par les pairs des travaux d’évaluation
  • Le plus récent examen externe par les pairs du RPC confirme ce qui suit :
    • Les travaux effectués par le BAC respectent toutes les normes de pratique professionnelles et les exigences législatives.
    • Les hypothèses retenues se situent, individuellement et dans leur ensemble, à l’intérieur d’une fourchette de valeurs raisonnables et respectent les normes de l’ICA.

Le 25e Rapport actuariel sur le RPC au 31 décembre 2009 confirme que le RPC est financièrement viable à long terme.

Page: 2


L’évaluation de capitalisation d’un régime PD détermine les cotisations futures requises

  • Les évaluations de capitalisation traitent des coûts permanents du régime.
    • Elles servent de fondement pour déterminer les cotisations patronales et salariales futures.
  • Elles reposent sur des hypothèses démographiques et économiques à long terme qui reflètent les flux de trésorerie futurs du régime.
  • En vertu des normes de l’ICA, l’actuaire doit :
    • Supposer que le régime est maintenu indéfiniment;
    • Choisir des hypothèses qui reflètent son meilleur jugement quant aux événements futurs; dépendamment de la politique de capitalisation du régime, les hypothèses peuvent inclure une provision pour écart défavorable.
  • La prévisibilité des cotisations est importante pour le promoteur du régime.
    • Cela contribue à réduire les transferts intergénérationnels entre différentes cohortes de participants.

Page: 3


Principales hypothèses d’évaluation

Hypothèses économiques

  • Taux d’inflation : Hypothèse ultime du BAC : 2,3 %
  • Augmentation des salaires réels : Hypothèse ultime du BAC : 1,3 %
  • Taux de rendement réel : Hypothèse ultime du BAC : 4,0 % (4,1 %)

Hypothèses démographiques et autres

  • Taux de mortalité et espérance de vie
  • Indice de fécondité
  • Taux de migration
  • Augmentations salariales d’avancement et d’ancienneté
  • Taux de retraite
  • Taux de cessation d’emploi / Taux d’invalidité

Page: 4


La contribution à l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance a progressivement évolué vers les gens âgés de 65 et plus

Hommes Femmes
Variation attribuable à (en années) 1925-1965 1965-1985 1985-2005 2005-2025 1925-1965 1965-1985 1985-2005 2005-2025
Mortalité infantile (<1) 5,8 1,2 0,2 0,1 4,6 1,0 0,2 0,1
Mortalité des enfants (1-14) 2,5 0,3 0,2 0,1 2,5 0,3 0,1 0,0
Mortalité des jeunes adultes (15-44) 2,1 0,6 0,6 0,5 3,9 0,4 0,2 0,2
Mortalité des adultes plus âgés (45-64) 0,1 1,3 1,5 0,9 1,9 0,8 0,7 0,5
Mortalité des aînés (65+) 0,3 1,0 2,6 2,6 2,2 2,3 1,7 1,7
Effet multivarié estimatif -0,1 -0,1 -0,2 -0,2 -0,4 -0,2 -0,1 -0,1
Variation totale de l’espérance de vie 10,7 4,3 4,8 4,0 14,7 4,6 2,8 2,5

Page: 5


Les taux de mortalité des aînés ont diminué au cours des 80 dernières années, et plus encore pendant les 40 dernières

Les taux de mortalité des aînés ont diminué au cours des 80 dernières années

Page: 6


Le BAC renforce continuellement l’hypothèse des taux d’amélioration de la longévité

Espèrance de vie à 65 d'homme canadien

Page: 7


Dans le contexte actuel, l’élaboration d’hypothèses sur le taux de rendement réel est l’un des plus grands défis

L’élaboration de l’hypothèse du taux de rendement réel fait appel à divers éléments :

  • Obligations à long terme du gouvernement du Canada
  • Prime de risque sur actions (rendement supérieur à celui des obligations)
  • Taux de rendement réel par catégorie d’actifs
  • Composition de l’actif
  • Aucune provision pour écart défavorable

Page: 8


Le rendement des obligations négociables du gouvernement du Canada
à long terme: Qu’est-ce qu’on savait à la fin de 2009?

Rendement réel des obligations du Canada à long terme

Pour établir les prévisions concernant les obligations à LT du gouv. du Canada à échéance de plus de 10 ans, on ajuste les projections relatives aux obligations à LT du gouv. du Canada à 10 ans de 0,3 % pour le PEAP et de 0,4 % pour la moyenne des prévisions du secteur privé présentées à http://www.fin.gc.ca/pub/psf-psp/index-fra.asp

Page: 9


Le rendement des obligations négociables du gouvernement du Canada (long terme) a été au niveau le plus bas en 2011

Rendement réel des obligations du Canada à long terme

Pour établir les prévisions concernant les obligations à LT du gouv. du Canada à échéance de plus de 10 ans, on ajuste les projections relatives aux obligations à LT du gouv. du Canada à 10 ans de 0,3 % pour le PEAP et de 0,4 % pour la moyenne des prévisions du secteur privé présentées dans le budget fédéral de 2013.

Page: 10


La future PRA devrait être inférieure à ce qu’elle était par le passé (3,4 % au Canada)

Prime de risque sur actions par rapport aux obligations sur 113 ans

Page: 11


L’hypothèse du rendement réel établie par le BAC est en ligne avec les pairs

Hypothèse ultime – Composition de l’actif et rendement réel

Actions Revenu fixe Autres placements/Immobilier et infrastructure Taux de rendement réel
RPC 42% 40% 18% 4,00%
RRQ 57% 30% 13% 4,50%
LPFP 54% 18% 28% 4,10%
RREGOP 51% 35% 14% 4,50%
RREP ON 47% 40% 13% 3,85%
RREO 44% 18% 38% 2,85%
OMERS 39% 33% 28% 4,25%
HOOPP 34% 55% 11% 4,05%
RREP ALB 57% 28% 15% 4,00%
RRSP C.-B. 52% 29% 19% 3,50%

Vu le contexte actuel de taux d’intérêt bas, le BAC fait l’hypothèse d’un taux de rendement réel de 3,6 % pour les prochaines années.

Page: 12


Conclusion

  • Dans les rapports actuariels prévus par la loi, le BAC recourt à des hypothèses qui traduisent sa meilleure estimation des tendances économiques et démographiques à court et à long terme.
  • L’estimation du coût des régimes de retraite comporte un élément d’incertitude inhérent. À notre avis, cette incertitude ne devrait pas être remplacée par la certitude que les taux d’intérêt se maintiendront à long terme à leurs bas niveaux actuels.
  • La retraite est chose coûteuse, et elle pourrait le devenir encore plus à l’avenir sous l’effet de l’amélioration de la longévité et du caractère incertain des perspectives de croissance de l’économie mondiale.

Page: 13